Logo ENSG réduit

Le numérique
au cœur des territoires

Logo facebook Logo twitter Logo linkedIn EN

contact

Au fond des mers : des amphores et des pixels

Matthieu, étudiant en deuxième année d’ingénieur, nous parle de son stage.


"Je suis actuellement en stage dans le laboratoire photogrammétrique de l’Université technologique de Chypre. Mon stage combine la photogrammétrie, le traitement d’images et l’archéologie sous-marine puisqu’il s’inscrit dans un projet de modélisation, destinée aux musées, d’un site de naufrage antique, celui de l’épave dite de Mazotos (nom du village où se situe l’épave), en Méditerranée. J’ai la chance de pouvoir discuter et collaborer avec des enseignants-chercheurs passionnés. Mon travail consiste à concevoir des méthodes d’analyse et de traitement des milliers de photos que les plongeurs spécialisés ont prises, à l’occasion de campagnes régulières, depuis des années, du fond marin où s’étendent les vestiges de l’épave (pour l’essentiel, des amphores). Le but est d’améliorer la qualité colorimétrique d’une mosaïque d’orthophotographiques destinée à montrer, à une résolution de 2mm, l’ensemble de cette zone, qui fait environ 18m sur 6m. En effet, le milieu marin contraint fortement les acquisitions photographiques (manque de luminosité, faible netteté, turbidité et tous les petits objets mobiles comme les grains de sable et de poussière, quelques fois les poissons, au première plan de l’image qui sont vus flous. En réfléchissant la lumière, ils sont vus comme des points lumineux (backscatter).…), conduisant à des photos de qualité très variable, même au sein d’une même campagne d’acquisition, même lorsqu’elles sont prises par des plongeurs expérimentés. Des solutions sont à mettre en œuvre pour évaluer et pour corriger ces problèmes qui perturbent la lecture de la mosaïque orthophotographique, des solutions telles que l’apport de luminosité et de contraste, par photo, ou l’homogénéisation des couleurs, entre photos."

Mis à jour le 3 octobre 2019