ENSG

L'école nationale des sciences géographiques (ENSG)
 
Accueil / Savoirs / Les images pour la photogrammétrie

Les images pour la photogrammétrie

- Principe
- Quelles images peut-on utiliser pour faire de la photogrammétrie ?


Principe

La photogrammétrie cherche à faire des mesures 3D à partir d’images qui à première vue sont planes ! Pour résoudre cette difficulté, il faut recourir à une propriété de la vision humaine simple mais particulièrement utile : grâce à nos deux yeux, nous avons accès aux 3 dimensions de l’espace. La stéréoscopie consiste à retrouver cette sensation de relief à partir de deux photographies, prises de deux points de vue différents, en reproduisant les conditions de la vision humaine.

En pratique, lors de la réalisation d’une prise de vue pour la photogrammétrie, il faut respecter certaines contraintes (écart entre les images formant un couple stéréoscopique, axes de prises de vue à peu près parallèles…) afin de faciliter la vision en relief.

Quelles images peut-on utiliser pour faire de la photogrammétrie ?

Tout couple d’images correspondant à des points de vue différents !

- Des images argentiques et numériques

En pratique, les images sont issues de caméras argentiques (chambres métriques) et principalement de caméras numériques (appareils photographiques du commerce pour les applications terrestres et capteur moyen ou grand format pour les applications aériennes). Les images exploitées sont panchromatiques, couleur ou proviennent d’autres domaines du spectre électromagnétique (infrarouge par exemple).

- Différentes plateformes d’acquisition

Depuis un avionDepuis un satelliteDepuis le terrain
Prise de vue par avionPrise de vue par satellitePrise de vue terrain

  • depuis des avions pour les applications cartographiques classiques. La configuration de la prise de vue doit répondre aux besoins de la photogrammétrie. L’acquisition des images se fait ainsi bande par bande et les images acquises au sein d’une bande le sont de façon à pouvoir constituer des couples stéréo.
JPEG - 181.8 ko
JPEG - 180.8 ko
JPEG - 181.5 ko
3 images prises successivement depuis un avion BCI, avec leur caméra Canon EOS 1D MarkII Citadelle de Forcalquier- Ingénieurs 1ère année - 2007.

Du fait de la proximité avec l’IGN, le DIAS travaille fréquemment avec les images de la prise de vue départementale annuelle ou avec les prises de vue urbaines de l’IGN. Actuellement ces prises de vue sont effectuées avec la caméra numérique de l’IGN ou avec l’Ultracam Xp de Vexcel.

JPEG - 654.7 ko
Photographie aérienne numérique
Extrait d’une image de la caméra numérique IGN sur La Rochelle

  • depuis des satellites pour les applications cartographiques classiques. Pour avoir des images de points de vue différents et ainsi faire de la photogrammétrie, le satellite doit être « agile », c’est-à-dire pouvoir prendre des images dans différentes directions ou, le cas échéant, il faut attendre que le satellite revienne sur une trajectoire proche.
JPEG - 150.6 ko
Photographie satellitaire du Mont Saint-Michel
Pour un exemple de satellite agile, rendez-vous sur le site du CNES

  • par un photographe sur le terrain (mesure 3D fine de bâtiment, d’objets…).
Photographie de terrain
Façade d'habitation Façade d'habitationFaçade d'habitation Façade d'habitation
Couple d’image sur les maisons bordant la Chartreuse du Val de Bénédiction Villeneuve-lès-Avignon - Géomètres 2ème année - 2007

Pour ces travaux de photogrammétrie, le DIAS utilise ses propres appareils photographiques ou ceux de partenaires pour les applications terrestres dont il peut déterminer les paramètres intrinsèques (focale, distorsion,…) grâce au polygone d’étalonnage implanté dans le garage de l’école et au logiciel de calcul d’étalonnage développé au DIAS depuis des drônes ou des hélicoptères.

Polygone d'étalonnage de l'ENSG


Le dessin 3D >
Propositions d’offres de stages et d’emplois

Propositions de stages & d’emplois...

Saisir votre offre
Catalogue des formations continues

Catalogue des formations continues

Catalogue formations 2017